Archives de catégorie : Enseignement général

Ce qu’en pensent les étudiants

  • Enfin des cours de qualités à un prix défiant toute la concurrence. J'ai payé 700 euros des cours alors qu'ici c'est juste 15 euros, et la qualité est la même !!

    Lucas
  • Merci pour vos cours, excellents, clairs et pas chers ! Je les conseille à toutes mes copines qui veulent passer leur cap esthétique. Pour ma part j'ai mon CAP !!

    Betty
  • MERCI !! Vos cours m'ont vraiment bien aidé l'an passé à décrocher mon CAP. Je suivais des cours par un organisme hyper cher, et j'avais besoin de compléter les leçons et schémas, vos fiches m'ont sauvé la vie !

    Julie

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE

EG3 / UG3 – EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE

Dotée d’un coefficient de 1, l’épreuve d’éducation physique et sportive s’organise autour de contrôles en cours de formation ou d’un examen terminal. Ses modalités pratiques et ses thématiques sportives retenues dépendent du ministère de l’Éducation Nationale et sont régulièrement mises à jour.

MATHEMATIQUES-SCIENCES

EG2 / UG2 – MATHEMATIQUES-SCIENCES

Sous forme d’un examen écrit et affectée d’un coefficient de 2, l’épreuve de mathématiques-sciences porte sur l’ensemble des objectifs, domaines de connaissance et compétences mentionnés dans les programmes de mathématiques, de physique et de chimie du CAP.
Son objectif consiste à apprécier les savoirs et les capacités des candidats, tout en les confrontant à des situations liées à leur métier ou à la vie quotidienne. La logique et la cohérence développées pour résoudre les questions posées et justifier des résultats se voient également retenues, tout comme l’effort fourni pour présenter, oralement ou par écrit, les solutions.
Le mode d’évaluation varie en fonction du lieu de scolarité de l’élève : si ce dernier se trouve en lycée professionnel ou en centre de formation des apprentis, il devra satisfaire à un contrôle en cours d’études, tandis que dans les autres cas, il devra subir une épreuve ponctuelle.

1. Évaluation en cours d’études

Elle se situe dans la seconde moitié de la formation et se présente sous la forme de deux sessions, aux objectifs différents.

a) Première session

Notée sur 10, elle consiste en la rédaction, individuelle ou en groupe, et l’exposition orale d’une activité étroitement liée à l’enseignement de mathématiques et de sciences. Ce compte-rendu reste toutefois de longueur modeste, avec une recommandation de 3 à 4 pages, et son sujet peut s’appuyer sur les travaux ou les situations rencontrées au cours de la formation professionnelle.
Au cours de l’exposé, d’une durée maximale de 10 minutes, le candidat se voit adressé des questions sur les connaissances et compétences étroitement liées au sujet.
La note proposée porte essentiellement sur la prestation orale.

b) Deuxième session

Notée sur 20, elle comporte deux parties, l’une réservée aux mathématiques, l’autre aux sciences.
Ouvrant droit à 10 points, l’examen de mathématiques dure 1 heure et se trouve en général découpé en 2 ou 3 thématiques, proposant chacune un ou plusieurs exercices de difficulté croissante. Il couvre l’ensemble du programme de la formation.
Dotée de 10 points également, l’épreuve de physique et de chimie demande la réalisation de différents travaux pratiques et la présentation orale des résultats de ces derniers. Elle s’étale sur 1 heure et sa méthode d’évaluation se voit conçue comme un sondage des compétences réclamées, avec un barème de 7 points pour les expériences et de 3 points pour l’expression en public.

2. Évaluation lors d’épreuve ponctuelle

L’épreuve terminale comporte alors deux parties d’égale importance : l’une consacrée aux mathématiques, l’autre aux sciences. Chaque partie offre 10 points et présente une durée d’une heure.
Comme dans le cadre du contrôle en cours de formation, l’évaluation liée aux mathématiques se compose de plusieurs exercices de difficulté progressive, qui portent sur une large part du programme et sont souvent en lien avec la vie quotidienne.
Celle de physique et de chimie suit une organisation différente, en se basant sur deux sessions distinctes. La première demande, à partir de la description d’une expérience, au candidat de montrer ses connaissances sur la thématique abordée et d’exploiter les résultats présentés.
La seconde propose un problème complexe nécessitant la mise en œuvre de lois, règles ou grandeurs entre elles. Elle a pour but de vérifier le vocabulaire, la maîtrise des unités et les savoirs du candidat.

FRANCAIS ET HISTOIRE-GEOGRAPHIE

EG1 / UG1 – FRANCAIS ET HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Sous forme d’examens écrits et oraux et présentant un coefficient de 3, l’épreuve de français et d’histoire-géographie a pour but d’apprécier les qualités de lecture, d’analyse, d’organisation, d’argumentation et d’expression du candidat. Elle s’appuie le plus souvent sur des documents externes, tels des textes ou des iconographies.

Le mode d’évaluation varie en fonction du lieu de scolarité de l’élève. Si ce dernier se trouve dans un lycée professionnel ou dans un centre de formation des apprentis, il subira un contrôle en cours d’études. Dans tous les autres cas, il se rendra à une épreuve ponctuelle.

1. Évaluation en cours d’études

Dotée de 20 points, elle s’organise sous la forme de deux sessions distinctes, situées dans la seconde moitié de la formation, même s’il est envisageable pour des raisons de praticité d’en programmer une à la fin de la première année du CAP.

a) Première session

Elle se présente en deux parties, l’une consacrée au français, l’autre à l’histoire-géographie.
L’épreuve de français, constituée de 3 séances de 40 minutes chacune et étalée sur 15 jours environ, demande d’abord au candidat de rédiger, à partir d’un texte fictionnel, un écrit qui peut en changer la forme, en représenter une suite ou en modifier le point de vue. Ensuite, à partir de nouvelles consignes, comme un didacticiel ou une grille de correction, il est demandé de modifier son travail initial à l’élève. Enfin, ce dernier finalise son projet, notamment à l’aide d’un traitement de texte informatique.

En histoire-géographie, le candidat présente un dossier par oral, comprenant de 3 à 4 documents variés. L’épreuve a pour objectif la réalisation d’une brève analyse à partir des problématiques soulevées par la documentation, qui porte sur l’un des thèmes majeurs du programme de l’année en histoire ou en géographie (en alternance). L’exposé dure environ 5 minutes et se voit suivi de questions sur les connaissances associées.

b) Deuxième session

Elle se compose également de deux parties.
La première, consacrée au français, dure 1 heure et 30 minutes. Elle demande au candidat de répondre par écrit à des questions de vocabulaire et de compréhension sur un texte fictionnel, puis d’effectuer une rédaction de quinze à vingt lignes encadrée dans la forme.
Pour l’histoire-géographie, la même épreuve qu’en première session se voit reprise, avec une alternance des matières.

2. Évaluation lors d’épreuve ponctuelle

L’examen terminal se déroule sur 2 heures et 15 minutes, sous la forme de deux parties distinctes et notée chacune sur 10 points.

En français, l’élève répond, par écrit, à plusieurs questions sur un texte de fiction, portant sur le vocabulaire et la compréhension. Il se voit ensuite demandé d’écrire une courte production de quinze à vingt lignes en lien avec son expérience professionnelle : il pourra par exemple s’agir d’une description, d’une opinion ou d’un dialogue.

Pour l’épreuve d’histoire-géographie, le candidat amène 2 dossiers de 3 pages maximum constitués de quelques documents liés aux grandes thématiques du programme, l’un à dominante historique, l’autre géographique. L’examinateur choisit l’une de ces présentations, que l’élève expose oralement pendant 5 minutes, avant de se voir interrogé sur les problématiques associées pendant environ 10 minutes.